Archives par auteur
9 juin 2013

Arequipa et le canyon des colcas

Nous avons quitté la Bolivie pour le Pérou. Les quelques 8h de transport depuis Copacabana sont passées à toute vitesse grâce à Eva et Charlotte nos partenaires de coinche, rencontrées dans le bus.
Notre première étape péruvienne est Arequipa, la « ville blanche ». Son centre est truffé d’églises, de monastères et de maisons coloniales construits en pierre volcanique blanche. C’est un vrai régal de s’y promener. Nous y visitons le célèbre couvent Sainte Catherine, véritable ville dans la ville avec ses rues, ses murs colorés et ses mini-maisons pour riches soeurs.

20130608-182118

20130608-182157

20130608-182145

20130608-181654

20130608-181714

20130608-181702

20130608-181735

Au bout d’une journée nous partons pour trois jours dans le canyon des Colcas à 150km au nord d’Arequipa. Ce canyon est possiblement le deuxième le plus profond du monde (aux dernières nouvelles le plus profond serait quelque part en Chine, mais les spécialistes se disputent encore à ce sujet…). La première journée est tranquille : nous faisons la route en traversant un parc naturel où les vigognes gambadent sur un plateau au milieu des volcans et nous passons sans problème le col à 4900m d’altitude ! Nous découvrons aussi au cours d’une balade les fameux colcas (greniers) dont le canyon tient le nom.

20130608-181802

20130608-181810

20130608-181753

20130608-181835

Le deuxième jour, nous avons la chance de pouvoir prendre des photos de condors volant par dizaine au dessus de nous à la Croix des Condors avant de descendre en marchant au fond du canyon à Sangalle (autrement nommé l’Oasis à cause du microclimat tropical qui y règne). Nous sommes 8 avec deux guides et quatre italiens (qui ne parlent ni anglais, ni espagnol…). Les 1200 mètres de la descente s’avèrent assez ardus, mais nous sommes récompensés à l’arrivée par un plongeon dans la piscine (il fait 30°C) et un excellent déjeuner.

20130608-181823

20130608-181848

20130608-181858

20130608-182032

Après une bonne nuit de repos, un peu troublée par les nombreux moustiques (climat tropical oblige) nous repartons avant le lever du jour pour la remontée, afin d’éviter la chaleur écrasante qui règne au fond de la vallée dès que le soleil est levé. Au final, malgré l’obscurité nous remontons les 1200 mètres de dénivelé en seulement 2h30 alors que la descente nous avait pris 3h !
Enfin après un plongeon dans des sources chaudes à Yanque, nous retournons sur Arequipa en regardant les alpagas et les vigognes grelotter sous la neige sur le haut plateau.

20130608-182053

20130608-182103

31 mai 2013

La Paz et les déserts

Aujourd’hui c’est Bolivie ! Nous arrivons à La Paz après quelques heures de vol et à la sortie de l’avion l’air se fait rare (l’aéroport est à 4000 m d’altitude) et nous devons marcher lentement. Nous sautons dans un taxi et nous arrivons à notre joli hôtel malgré la circulation assez dense. D’ailleurs notre chauffeur nous fait comprendre que demain il sera impossible de circuler, mais nous ne comprenons pas immédiatement pourquoi. Une fois installés, nous sortons pour dîner et il semblerait que des gradins soient en cours d’assemblage dans l’avenue adjacente. Renseignements pris, samedi « El Gran Poder » un carnaval dur de 8 heures du matin à 11 heures du soir. Effectivement le lendemain matin nous sommes réveillés au son des harmonies qui accompagnent les cortèges. Du coup nous passons la journée à déambuler en suivant les danseurs et la musique. Ce carnaval est une grande surprise mais il y a un revers à la médaille : les musées et les magasins sont tous fermés. Et le lendemain c’est pareil : le repos dominical est sacré en Bolivie et tous les musées ferment en début d’après-midi. Mais nous en profitons pour assister à une messe en espagnol à la basilique Saint-François qui est enfin ouverte !

20130531-120838

20130531-120855

20130531-120909

20130531-120917

Le soir même nous sautons dans un bus de huit pour Uyuni : 10 heures de bus façon « Powerplate » (la majeure partie de la route n’étant pas goudronnée). Et nous partons dès 10h du matin pour notre tour sud-bolivien de trois jours en 4×4 avec Martha notre guide cuisinière et son jeune neveu qui fait office de chauffeur). Nous sommes en compagnie d’un couple Chilien (qui malheureusement ne parlent pas trop anglais) et un couple de anglo-norvegien, Gregor et Torun. La voiture, un Toyota Land cruiser très fatigué, est d’un confort inégalable comparé au bus de nuit. Et la premiere journée se passe comme dans un rêve au milieu de l’imensité immaculée du Salar de Uyuni, le plus grand lac salé du monde. Nous ne sommes pas les seuls touristes, loin de là (nous avons même trouvé des Japonais pour poser avec notre mascotte Totoro) et nous passons une nuit dans un hôtel construit en bloc de sel sur le bord du Salar.

20130531-120927

20130531-120949

20130531-120959

20130531-121010

20130531-121018

20130531-121030

20130531-121038

Le lendemain, changement de décor, nous suivons une successions de lagunes salées peuplées de flamants roses et de vigognes.

20130531-121110

20130531-121122

20130531-121136

20130531-121148

20130531-121156

Au détour de la route nous apercevons le panache de fumée du volcan Ollagüe le long de la frontière chilienne.

20130531-121046

20130531-121102

Nous enchaînons par la traversée du Désert de Siloli et son fameux arbre de pierre avant de nous arrêter pour la nuit au bord de la Laguna Colorada à 4200 mètres.

20130531-121209

20130531-121227

20130531-121236

Autant dire que la nuit fût fraiche voire franchement glaciale mais heureusement le lendemain, nous nous levons aux aurores pour prendre le petit déjeuner au bord des Termas de Polques à 4400m où nous profitons d’une baignade à 37°C pour nous réchauffer les os.

20130531-121244

20130531-121254

20130531-121304

Enfin nous repartons pour une longue route jusqu’à Uyuni où nous attrapons un train de nuit pour retourner dans le Nord du pays (à noter, c’est beaucoup plus confortable que le bus de nuit et il y fait plus chaud ce qui est très appréciable).

20130531-121312

20130531-121320

19 mai 2013

Les Nouvelles Galles du Sud

Nous quittons le Queensland pour poursuivre l’aventure en Nouvelles Galles du Sud (New South Wales en anglais), autre très grand état australien.

Notre première étape est Byron Bay, capitale du surf tendance « new age » en Australie. Nous trouvons refuge au « Arts factory Lodge » une auberge de jeunesse qui accepte les campervans à très bon marché ($12 la nuit pour deux avec notre campervan, soit sensiblement le même prix que dans les parcs nationaux du Queensland, à retenir !). Le revers de la médaille : nous passons le weekend au milieu d’une centaine de backpackers ayant 21 ans en moyenne et, pour la première fois depuis notre départ, nous nous sentons franchement vieux. Heureusement Byron Bay est avant tout une superbe plage, surplombée par un très joli phare blanc duquel on peut admirer les surfeurs et finalement l’endroit est plaisant.

20130519-221805

20130519-221816

20130519-221831

20130519-221842

D’ici, nous reprenons la route le long de la « waterfall way ». Nous sentons vraiment l’automne arriver les arbres jaunissant le long de la route, dans les petits villages comme Bellingen et dans le parc national de Dorringo.

20130519-221855

20130519-221910

20130519-221918

Puis un peu plus au sud, nous nous faisons une brève étape à Nambucca Heads où nous nous promenons le long de la pittoresque jetée aux rochers peints par des artistes anonymes. Oui, oui Gangam style est arrivé jusque ici !

20130519-221926

Et nous dormons sur la plage de Booti Booti avec ses cokaburas et son église dans les palmiers.

20130519-221933

20130519-221945

Nous repartons ensuite pour le parc national de Worimi, où nous tentons de faire revivre l’esprit du défunt Paris-Dakar en faisant du quad dans les dunes (chose impossible à faire à Fraser Island). Même si nous n’en faisons qu’une heure, la sensation d’avoir des dunes à perte de vue est grisante et nous nous prenons vite au jeu et sommes ravis de cette expérience.

20130519-221953

20130519-222000

20130519-222008

Pas de répit pour autant car la Hunter Valley nous attend. C’est la plus ancienne région viticole d’Australie (on y fait du vin depuis 1828…). Nous y visitons trois producteurs différents et testons au moins une vingtaine de crus ! (Mention spéciale pour le domaine Tyrell’s qui nous en a fait déguster 10 à lui seul). Et, entre chaque visite de chais nous restons en arrêt devant des troupeaux de grands kangourous sauvages et des jolis paysages de vignobles.

20130519-225639

20130519-222016

20130519-222024

20130519-222031

20130519-222039

Notre avant-dernière étape australienne sera les Montagnes Bleues (Blue Mountains), montagne classées au patrimoine mondiale de l’humanité de l’Unesco! Ici, à 1000m d’altitude, l’automne est très frisquet et il fait plutôt froid la nuit dans notre campervan (4°C). Toutefois malgré la froid et le vent omniprésent, les paysages sont magnifiques et nous faisons plusieurs randonnées de quelques heures pour admirer les falaises calcaires, les canyons et les cascades de cet endroit somptueux.

20130519-222054

20130519-222103

20130519-222121

20130519-222130

20130519-222143

20130519-222158

Enfin nous arrivons au but de notre voyage en Australie : Sydney et son célèbre Opéra. Nous y passons deux jours bien remplis : shopping de vêtements d’hiver, match de Rugby au stade Olympique, Luna Park, messe de Pentecôte à la Cathédrale Sainte Marie… Nous trouvons même un moment pour aller boire un verre avec Wojciech, un Polonais de Sydney que nous avons rencontré un mois plus tôt à Kyoto.

20130519-222211

20130519-222221

20130519-222239

20130519-222251

20130519-222307

20130519-222315

20130519-222324

1 mai 2013

Autour de Cairns

Ça y est ! Nous sommes en Australie. Nous sommes arrivés à Cairns au nord Est du pays. Nous n’avions absolument rien planifié aussi notre première journée fut consacrée à trouver la plus parfaite Totoro-mobile, qui s’est finalement révélé être un flambant (mais pas très neuf) campervan vert et mauve.

20130501-211914

Une fois le véhicule récupéré nous emmenons notre nouvelle mascotte japonaise pour sa première nuit de camping dans la réserve naturelle de Cap Tribulation. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, nous apercevons de très jolies plages, mais au final nous ne tombons nez à nez avec aucun crocodile ni casoar malgré tous les panneaux pour nous avertir de leur présence.

20130501-211948

20130501-212008

20130501-212029

Un peu déçus, nous continuons notre périple dans les « Tablelands » (haut plateaux humides et tempérés du nord Est). À « Granite Gorge » nous observons des wallabies des rochers (petits kangourous) puis à Yungaburra des platypus (ornithorynques). Petite mention spéciale pour les platypus, ce sont des animaux très timides et les observer n’est pas facile (comme raconté par Jean-Sébastien et Cloé sur leur blog) malgré tout nous avons pu en apercevoir près d’une dizaine !
Nous visitons aussi toute une série de cascade et le lac Echam où nous espérions voir des Kangourous arboricoles mais avec moins de succès. Malgré tout la forêt humide tempérée rappelle à Totoro son Japon natal, il est dans son élément !

20130501-215942

20130501-220113

20130501-220306

20130501-220136

Nous poursuivons par un modeste tour dans l’outback (un petit détour de 300km) pour observer l’arrière pays aride Australien. Nous croisons au fil de la route de nombreux « road trains » (trains routier en français) qui sont des semi remorques avec 3 remorques ou plus. Il sont si gros et si rapides qu’ils ont la priorité sur les voitures et ne s’arrêtent presque jamais (sauf pour faire une pause tous les 200 ou 300km). Après une nuit à mont Surprise (où mis à part quelques spécimens truculents d’outbackers, il n’y a pas grand chose à voir) nous faisons une petite balade dans le bush pour admirer l’immense étendue aride couverte d’eucalyptus sous un soleil de plomb.

20130501-220322

20130501-220344

20130501-220355

20130501-223140

Enfin, nous arrivons au clou de notre première semaine en Australie : deux jours de croisière dans les Whitsunday islands (les îles de la pentecôte en français) à bord du « Waltzing Matilda », un voilier de 17 mètres. Tout débute par une réservation un peu au hasard avec des prévisions météo peu engageantes (peu de soleil et beaucoup de vent).

20130501-220414

Mais arrivé le matin du départ, Rob notre capitaine et Matt son équipier nous mettent tout suite à l’aise. Nous sommes 13 passagers sur le bateau dont 4 couples, une famille de 3 personnes ainsi que Jim et Roman deux anglais que nous avion rencontré brièvement à Dalat au Vietnam. Nous commençons par une traversée un peu difficile pour nous rendre sur la plage de Whiteheaven, unes des plus belles plages d’Australie au sable totalement blanc et à l’eau en camaïeu de turquoise.

20130501-220424

20130501-220444

20130501-220452

Puis nous nous rendons dans une crique abritée de Hook Island pour la nuit où nous profitons d’un superbe coucher de soleil.

20130501-220534

20130501-220553

Le lendemain nous tentons de faire du snorkelling : les coraux sont superbes mais la mauvaise visibilité rend l’observation des poissons un peu difficile. Enfin, pour rentrer nous prenons notre temps et nous pouvons même à tour de rôle prendre la barre le bateau (qui ne se dirige pas exactement comme un petit canot).

20130501-220628

20 avril 2013

Koyasan – Nara

Nous avons délaissé les charmes de Kyoto pour un peu plus de calme et de sérénité en nous rendant sur les pentes du mont Koya (Koya san en japonais). Cette montagne est le siège de nombreux temples bouddhistes de la secte Shingon (la plus représentée au Japon) et héberge un immense cimetière avec plusieurs centaines de milliers de sépultures. Il n’y a pas d’hôtel ni de chambre d’hôtes là bas, il faut dormir chez les moines dans un temple (shukubo).

20130420-102013

20130419-204531

20130419-204541

20130419-204607

D’ailleurs, nous avons à peine le temps de visiter le village qu’il faut déjà être de retour à 18h20 précise pour le dîner (nos hôtes sont très à cheval sur l’horaire). Nous sommes 13 sur les tatamis (pas de table pour manger au Japon) avec pas moins de 11 français (il y a même 4 autres mosellans !). La cuisine Shojin Ryori préparée par les moines, bien qu’entièrement végétarienne, est absolument délicieuse.

20130419-204616

Arrivés à mi-course du repas, nous voyons débarquer un petit bout de bonne femme avec son déambulateur. Elle s’assoit, décroche son micro et se présente dans un anglais absolument parfait. Il s’agit de la maman de l’actuel prêtre en chef de notre temple et qui a, excusez du peu, 93 ans ! Elle nous raconte comment elle a survécu pendant la seconde guerre mondiale malgré les hivers très rigoureux dans la montagne et comment ses études d’anglais (langue de « l’ennemi » pendant la guerre) l’ont rendue totalement indispensable à la communauté des moines au lendemain de la guerre. Elle nous en apprend aussi un peu plus sur le village dans lequel nous sommes.

Et après le dîner, c’est l’heure du bain ! Nous enfilons nos yukatas (sorte de robe de chambre japonaise) pour filer à la salle de bains commune (enfin, hommes et femmes séparées quand même) pour infuser comme un sachet de thé dans l’immense baignoire d’eau à 45°C après s’être lavé à l’un des postes de toilette attenants.

20130419-204625

Le lendemain matin, nous sommes réveillés par la cloche annonçant l’office du matin. Nous sautons dans nos jeans pour nous rendre à la salle de prière déjà bien remplie. Nous réalisons que nous sommes bien à la montagne car malgré le monde, les litanies et l’encens il fait sacrément froid dans cette salle de prière, du coup le sermon de 15mn en japonais nous parait interminable et le sermon de 5mn en anglais nous semble presque aussi long :(
Malgré tout, c’est presque à regret que nous quittons Koya san après la visite du cimetière Okunoin.

20130419-204646

20130419-204655

Mais pas d’abattement pourtant, car nous enchaînons avec une nouvelle destination prestigieuse : la petite ville de Nara qui est remplie de temples classés par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité et qui a un immense parc (classé lui aussi) rempli de daims peu farouches (voire franchement horripilants quand ils ont repéré de la nourriture dans la main de quelqu’un). Nous apprécions vraiment beaucoup cette ville très provinciale notamment pour ses restaurants bon marché mais aussi pour l’amabilité de nos hôtes (Guesthouse Naramachi) qui nous accueillent dans une maison en bois qui était anciennement un théâtre.

20130419-204715

20130419-204723

20130419-204732

20130419-204741

20130419-204817

20130419-2048081

20130419-204703