Archives par auteur
14 avril 2013

Hiroshima – Miyajima – Osaka

C’est avec beaucoup d’excitation que nous avons quitté Bali pour le Japon, et c’est avec beaucoup de fatigue et très peu de sommeil que nous sommes arrivés à l’aéroport d’Osaka (en raison de notre 2ème vol partant de Hong Kong à 2h du matin).
Pour notre séjour au Japon nous avons opté pour une carte « trains illimités » pendant deux semaines. Nous récupérons donc notre carte magique et c’est parti pour un premier Sinkansen (le TGV local) pour Hiroshima. C’est impressionnant les trains japonais : les sièges s’y tournent pour que tout le monde soit dans le sens de la marche et il y a plein d’espace pour les jambes.

20130415-000501

Nous arrivons avant le déjeuner à Hiroshima, juste le temps de poser nos bagages et nous tentons une première spécialité locale le tsukemen, une sorte de soupe de nouilles déstructurée où les nouilles et le bouillion sont servis à part. Nous tentons de bredouiller nos premiers mots en japonais (appris studieusement pendant trois trimestres quand même mais il y a deux ans !) mais nous nous retrouvons rapidement à chercher dans notre guide de conversation comment dire « je ne comprends pas » à notre jeune cuisinère-serveuse qui essaye de nous poser une question. Autant dire que nous avons un peu entendu plusieurs anges passer (ou plusieurs corbeaux croisser, comme on dirait plûtôt ici) et que la conversation a tourné un peu court.

Ensuite nous entamons la visite du mémorial de la bombe atomique d’Hiroshima et de son parc qui sont des lieux autant chargés d’histoire que chargés en émotion.

20130414-230928

Pour nous changer les idées, après cette confrontation à l’une des plus sombres pages de l’histoire du XXième sciècle, nous nous dirigeons vers le château d’Hiroshima reconstruit à l’identique après le bombardement.

20130414-230901

Finalement après cette longue journée, nous trouvons encore de l’énergie pour aller manger chez Tanpopo, un restaurant d’okonomiyaki à la mode d’Hiroshima (une sorte de crêpe au chou et à l’oeuf) recommandé par notre hôtel. Ce petit trou dans le mur est tenu par un couple adorable de japonais dans leur soixantaine et ne parlant pas un mot d’anglais. Nous optons donc pour la spécialité de l’établissement pour nous simplifier la tâche.

20130414-231255

Nous bredouillons de nouveau quelques mots de japonais et nous réussirons avec un peu plus de succès qu’au déjeuner ! Ça reste quand même très frustrant de connaître si peu de mots que la moindre phrase très simple est difficile à formuler. Nous indiquons même où se trouve Flocourt sur une carte du monde!

Un nouveau jour se lève et nous devons partir aussi tôt que raisonnable, car la marée n’attend pas : notre destination pour la journée est la petite île de Miyajima, qui est le pendant japonais du mont St Michel (avec lequel elle est jumelée). En quelques mots il s’agit de quelques temples classés au patrimoine mondial de l’humanité, des forêts, des daims, des boutiques pour touristes le tout en sur-abondance !

20130414-235458

20130414-235630

20130414-235713

20130414-235644

20130414-235743

20130415-000249

Nous avons à peine le temps de nous remettre de nos 15 km de marche de la veille que nous devons déjà repartir par un nouveau sinkansen pour notre prochaine etape : Osaka ! Nous sommes très agreablement surpris par notre hôtel, qui est un hôtel « rétro » qui nous transporte dans le Japon des années 60, nous avons l’impression d’être dans le village Olympique des jeux de 1964 !

Pour notre premier contact avec la ville, nous tentons de déjeuner dans le parc du château d’Osaka, très fleuri de cerisiers en cette periode de l’année. Malheureusement c’est un semi echec : nous déjeunons, mais il fait froid, il bruine et les fleurs des cerisiers tombent à la vitesse grand-V, malgré tout la vue sur Osaka vaut le detour.

20130414-235831

Du coup nous tentons une balade dans sur l’île de Nakao-Shima, qui a des petits airs de Chicago en cette fin d’après-midi.

20130414-235918

Puis nous allons voir les illuminations des magasins sur le pont d’Ebisu-bashi et la galerie marchande de Shinsaibashi-suji.

20130414-235959

Nous achevons cette journee par un petit tour dans le quartir d’Amerika-mura où les jeunes d’Osaka viennent vivre le rêve américain, à coup de musique hip hop et de tenues incroyables. Ce quartier est aussi connu pour ses restaurants bon marchés, ce qui nous arrange bien, vu le prix de la vie au Japon (qui n’a rien à envier à la France)

20130415-000024

29 mars 2013

Des volcans à la plage

Après près d’une semaine dans et autour de Yogyakarta, nous nous décidons enfin à lever le camp pour aller vers l’Est. Notre but final est au large de Lombok dans l’archipel des îles Gili.
Dans un premier temps, nous partons en éclaireurs vers Ceromo Lawang, un petit village sur le bord de la caldera du Tengger, une des zones volcaniques les plus actives de java (sa dernière éruption a eu lieu en janvier 2011) En effet Jean-Sébastien et Chloé sont retenus à Yogja à cause de leur extension de visa.

Nous partons donc le 18 mars à l’aube pour pas moins de 12h de transport en minibus (mais pour faire seulement 400 km) et nous arrivons à la nuit dans le brouillard et la fraicheur du village est la bienvenue après la chaleur de Yogja.

Le lendemain notre surprise est totale à la découverte du paysage de la caldera. Mais nous attendons tranquillement à l’hôtel JS et Chloé qui nous ont suivi en bus de nuit. 10 SMS plus tard nous décidons de partir nous balader car nos deux compagnons de voyage sont coincés en bas à seulement 37km sans transport pour monter au volcan. Nous nous dirigeons donc vers le belvédère de Seruni. En chemin nous apercevons des paysans locaux dans leur champs de choux de patates.

20130326-212818

Et la vue du belvédère est superbe.

20130326-212449

Quand JS et Chloé arrivent enfin à midi et nous partons à l’ascension du mont Bromo à l’intérieur du cratère. L’éruption de 2011 a laissé un paysage lunaire, recouvert par des cendres grises tout autour de volcan.

20130329-152435

20130326-212841

Le lendemain matin nous retournons avant l’aube à Seruni pour voir le soleil se lever.

20130326-212534

Après notre sieste matinale et un déjeuner au soleil dans un petit warung (cantine indonésienne typique) nous cherchons un moyen pour redescendre à Probolinggo où nous espérons prendre un bus de nuit pour Bali et nous tombons sur un taxi providentiel qui retourne sur Surabaya, ni une, ni deux nous voilà en route. Le trajet est sans encombre mais le meilleur reste à venir, la négociation de nos billets pour Bali en bus de nuit ! Nous faisons deux ou trois agences différentes et nous jetons notre dévolu sur Toto Travel qui nous semble le moins malhonnête. Nous finissons par monter dans un bus de nuit climatisé, mais un peu bondé qui nous amènera à bon port (avec même un dîner!).

Le lendemain nous arrivons avec quelques courbatures à Denpasar. Là nous enchainons sur un taxi pour Kuta où JS et Chloé doivent déposer du matériel de camping puis nous sautons dans un minibus pour Padangbai où un bateau rapide (avec pas moins de 5 moteurs de 250 chevaux) nous attends pour nous emmener aux îles Gili où nous souhaitons rester quelques jours.

À l’heure de publication de cet article nous quittons tout juste cet endroit de rêve où nous sommes restés finalement 8 jours à observer les poissons et les tortues entre deux parties de coinche !

20130326-213335

20130329-144446

20130326-213226

20130326-213426

20130326-213356

20130329-151124

18 mars 2013

Yogjakarta

Ça y est nous voilà en Indonésie. Notre première étape est Jogyakarta, au centre de Java où nous passons quelques jours pour voir les frères de Cristina (la tante Indonésienne de Jean-Marc) et attendre Jean-Sébastien et Chloé qui nous rejoignent depuis Sumatra (île indonésienne au nord de Java).

20130318-205511

Jogyakarta est une grande ville qui au premier abord est très accueillante (au second un peu polluée par les mobylettes quand même).
Nous y passerons trois jours, ce qui est assez pour visiter le Kraton (palais du sultan), le Château d’Eau (piscine du sultan), le musée Sono-Budoyo (pour en apprendre un peu plus sur la culture indonésienne) et le flâner autour du marché central grouillant de monde et de vendeurs.

20130318-202302

Et nous en avons aussi profiter pour visiter les temples hindous de Prambanan situés à une dizaine de kilomètre du centre et assister à l’attraction locale : le ballet de Ramayana retraçant l’histoire de Rama, l’un des piliers de la culture indienne et la religion hindoue.

20130318-202420

20130318-202443

20130318-202518

Ensuite nous sommes partis vers Borobudur pour retrouver un des plus grands temple bouddhiste d’Asie et ses multiples bas-reliefs.

20130318-202638

20130318-202728

En route vers notre prochaine destination, Wonosobo, en bus locaux, nous avons rencontrés des indonésiens dont deux jeunes filles d’environ 16 ans. L’une d’elle a invité Jean-Sébastien et Chloé à dormir chez ses parents tandis que l’autre nous a offert le thé chez elle et nous a permis de rencontrer son oncle qui tenait un hôtel du coin (à la decoration très « biker » avec une superbe Harley Davidson dans le salon) Wonosobo n’est pas une très grande ville et surtout n’accueille pas beaucoup de touristes en cette saison encore un peu pluvieuse.

Dès le lendemain nous avons donc pris un bus, avec nos « copines » indonésiennes vers le plateau de Dieng. À 2000m d’altitude Dieng est un village frais (ce qui nous change bien de Jogyjarkta) situé au milieu des cratères et où poussent bien les légumes et les pommes de terre.
Arrivés assez tôt nous avons pu déposer nos valises dans un hôtel un peu rustique mais très sympathique avant de parcourir les environs sous les nuages et la pluie.
Nous sommes passés par le lac turquoise Telaga Warna, le cratère Kawah Sikidang et ses vapeurs sulfureuses et les temples hindus Arjuna et ses télétubbies. Nous avons ensuite dit au revoir à nos « guides » grelottantes et mouillées et nous avons regardé la pluie tomber, une choppe de thé dans une main et des cartes à l’autre (c’est chouette d’être 4 pour jouer à la coinche).

20130318-202858

20130318-202922

20130318-202933

20130318-203015

Le lendemain nous nous sommes levés tôt (4h) pour partir à l’ascension (bon ça va c’était pas trop dur, sauf à la descente pour Marie) du Sikunir pour observer un magnifique lever de soleil à 2500m.

20130318-203317

25 février 2013

Hue ou l’autre cité interdite

Après une nuit en train (sans trop de sommeil malgré les 13h de parcours) en compagnie d’un couple munichois rencontrés dans la baie d’Ha Long,
nous voici maintenant à Hue dans le centre du Vietnam.

20130224-231545

Cette ville impériale (1805-1945) fut la capitale du Vietnam jusqu’à la colonisation française en 1885. À ce titre elle comporte une citadelle et un palais impérial qui est un peu une version de poche à la sauce nuoc-mâm de la cité interdite de Pékin (enfin c’est grand quand même).

20130224-231900

20130224-232219

20130224-232108

20130224-232027

20130224-231731

20130224-231641

20130224-231810

20130224-234513

11 février 2013

Kayak sur la Nam Ou

Après, la jungle et Luang Nam Tha, il nous fallait un bon bain d’eau fraiche. Ni une ni deux, nous cherchons un endroit où faire un peu de sport d’eau vives. Après quelques heures de recherche sur wikitravel, Marie-Bérangère est formelle : la solution la plus proche de nous était Nong Khiaw sur la Nam Ou. Ni une ni deux, nous sautons dans un bus au lever du soleil pour Nong Khiaw. 200 km et 7h plus tard nous voilà arrivés. Il nous faut moins d’une heure pour trouver une chambre d’hôtes et réserver notre aventure du lendemain.

20130211-222832

Une boulette de riz gluant et une nuit de sommeil plus tard, nous nous retrouvons avec un groupe de 10 personnes à l’embarcadère pour remonter le Nam Ou jusqu’à Muang Ngoi Neua un village accessible uniquement par bateau à une heure de navigation en amont et où il n’y a de l’électricité que quelques heures par jour.

20130211-220023

Une fois arrivés nous faisons un tour du village où les seuls véhicules motorisés sont des charrettes tractées par des motoculteurs. Une lampée de Lao Lao (alcool de riz local) nous voilà repartis pour visiter une splendide grotte à la seule lumière de nos lampes frontales.

20130211-220243

20130211-220653

20130211-220441

20130211-220659

20130211-220313

20130211-220705

20130211-220415

Enfin, nous repartons pour l’embarcadère où nos kayaks nous attendent. Le début est tranquille, puis nous déjeunons (riz gluant toujours) sur une petite île au milieu de la rivière (après notre trek dans la jungle nous devenons très doués pour manger le riz gluant avec les doigts, ce qui n’était pas le cas du reste de notre groupe 100% germanophone.
Nous repartons et nous faisons une dernière halte dans un village mixte Lahu / Hmong (une rareté au Laos apparemment, car ces deux communautés ne se mélangent pas d’ordinaire). Les enfants du village sont ravis d’être pris en photo et de se regarder sur l’appareil photo ensuite!

20130211-220334

Enfin, l’heure du sport a sonné, nous nous équipons de pieds en cape (gilet et casque), nous vérifions l’étanchéité de notre sac étanche et nous nous jetons dans les (gentils) rapides de la Nam Ou!

20130211-220353

Peu rassurés, nous regardons avec stupeur tous les autres kayaks de notre groupe chavirer de cataracte en cataracte, alors que nous nous tirons des remous humides, mais toujours sur notre embarcation.

Le plus dur est fait, mais il nous reste encore une heure de pagaillage dans le jour qui décline avant de revenir à Nong Khiaw. Pour finir la journée en beauté (nous sommes samedi soir) nous assistons à un mariage local dans la rue principale (qui n’aurait rien à envier à un mariage dans un village corse!)